"Nous sommes en outre ce qu'ils ne sont pas: des révoltés de toutes les heures, des hommes vraiment sans dieu, sans maître, sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme, moral ou matériel, individuel ou collectif, c'est-à-dire des lois et des dictatures (y compris celle du prolétariat) et les amants passionnés de la culture de soi-même".

(Fernand PELLOUTIER - Lettre aux Anarchistes – 1899) => lire la «Lettre aux anarchistes»

NOS

STATUTS

NOTRE REVUE:

«L'Anarcho-syndicaliste»

ARCHIVES

«L'Anarcho-syndicaliste»

AUTRES

PUBLICATIONS

AUTRES

DOCUMENTS

CGT-FO - «Les Cahiers Fernand Pelloutier» - FEN-FO

le 29 mars 2018, l’édition n°8-9 a été mise en ligne

POUR NOUS CONTACTER: uas.pelloutier@laposte.net

Brochure numérique gratuite:



«Comment fut élaborée la Charte d'Amiens»

- reproduction intégrale de la discussion du quinzième Congrès national corporatif –

- neuvième Congrès de la C.G.T. - Amiens, du 8 au 16 octobre 1906 -


    «L'Anarcho-syndicaliste»: L’édition n°203février-mars-avril 2018

Dans cette édition:

p.1 et 2: - Voter contre le rapport d’activité, c’est préparer l’avenirMarc HÉBERT.

p.2: Glissement vers l’absolutisme oriental – Bertrand KANBAN.

p.3: Déclaration des militants anarcho-syndicalistes de la CGT-Force ouvrière – Pour un syndicalisme libre, indépendant et de lutte de classe.

p.4: La Charte d’Amiens.

p.5: Reprendre l’offensive et établir un véritable rapport de force – Antoine GOUGEON – FO-APAJH-22-29-35.

p.6: Mourir… mais politiquement correcte !!! - Christine.

p.7-8: Y’a des coups d’gueule qui s’perdent! - l’père Siffleur.

p.8: Les assassins de l’Histoire – Jomy.

p.9 et 10: Indépendance politique ou libération sociale? Deuxième partie: la ‘‘problématique catalane’’... - par Georges RIVALIN.

Déclaration des militants anarcho-syndicalistes de la CGT-Force Ouvrière:

POUR UN SYNDICALISME LIBRE, INDÉPENDANT ET DE LUTTE DE CLASSE.

VOTER CONTRE LE RAPPORT D’ACTIVITÉ, C’EST PRÉPARER L’AVENIR !

Que disent nombre de militants et adhérents FO des interventions du Secrétaire Confédéral dans la presse écrite, télévisuelle et radiophonique? «Cest une honte, un traître... Pourquoi il n’a pas été mis dehors?...»

C’est un sentiment profond de honte et de colère que ressentent les militants: "après tout ce qu'on a dit de la CFDT!...».

Il est incompréhensible, en effet, qu'impunément, le Secrétaire général de notre Confédération valide des ordonnances de régression sociale sans précédent, se mette en opposition publique avec les Fédérations et Unions départementales FO qui ont décidé d’appeler aux grèves et manifestations interprofessionnelles, les 12 et 21 septembre, contre les ordonnances, démobilise les militants, par un travail de sape en déclarant notamment: «Demander le retrait des ordonnances à Monsieur Macron qui vient d’être élu Président de la république, c’est comme lui demander de se déjuger»... «réfléchissez un peu!»... «rentrez chez vous!»… «syndiquez les salariés!», petites phrases sentencieuses extraites du pitoyable discours de Jean-Claude Mailly au congrès de l'Union départementale FO de Loire-Atlantique, à Nantes, le 13 mars 2018 (discours de 25 minutes).

Cette semaine, «Le Canard Enchaîné» publie un article (extrait): «Jean-Claude Mailly qui avait annoncé son retrait de la vie syndicale dès qu’il aura abandonné son fauteuil de secrétaire général de FO, ne tiendra pas longtemps parole. Car il vient de s’auto-désigner représentant de Force Ouvrière au Comité économique et social européen (CESE) à Bruxelles [...] Il aurait dû attendre que le poste se libère, au début de l’été et que son successeur le nomme».

Selon Le Canard, même Madame Pénicaud a été «estomaquée par la rapidité de la manœuvre» et la prochaine étape devrait être sa candidature au perchoir du CESE.

Il est probable qu'il craigne que le vote sur son rapport d'activité lui soit défavorable et, ne voulant pas prendre de risques, il prend les devants et s'auto-désigne au CESE. On n’est jamais mieux servi que par soi-même!

Voter contre le rapport d’activité est une absolue nécessité pour que de tels agissements soient condamnés: on ne peut à la fois critiquer le monde politique, économique, journalistique, patronal et accepter, au sein de notre organisation, de tels comportements.

Ce vote est aussi un avertissement pour rappeler le respect du mandat.

Et c’est pourquoi, nous devons exiger le retrait de tout mandat de représentation de l’organisation syndicale FO à JC Mailly.

Certains, comme toujours, crieront que l’on s’attaque à la personne et c’est d’ailleurs cet argument fallacieux qui a été utilisé par ceux qui ont soutenu Jean-Claude Mailly lorsqu'il a décidé de se présenter contre Pascal Pavageau, au dernier Congrès confédéral de Tours, pour un dernier mandat, alors que son départ était prévu en 2015.

Les mêmes, ont tout fait pour s'opposer à une décision de mise en minorité du Secrétaire Général au CCN de septembre 2017 et ont poussé à un compromis.

Les responsables syndicaux, qui ont réussi cette opération, doivent aussi voir leur responsabilité engagée: laisser faire et même soutenir JC Mailly dans ses décisions les pires et en toutes circonstances, c’est être complice.

Cela fait beaucoup au passif de cette Commission exécutive confédérale sortante: seuls 5 membres sur 35 ont honoré leur mandat en votant contre la résolution du Secrétaire général, à la Commission exécutive du 4 septembre 2017.

Pourquoi les autres membres ont-ils laissé faire?

Nous sommes en droit de leur demander des comptes, d’autant plus que beaucoup d’entre eux se représentent à la Commission exécutive.

La résistance de certains camarades du Bureau confédéral qui ont permis d’écarter Stéphane Lardy de la succession de JC Mailly au poste de Secrétaire général et d’éviter ainsi l’aliénation de F.O. au pouvoir politique, doit être saluée, d’autant plus qu’il s'est vu nommé, ultérieurement, au cabinet ministériel de Mme Pénicaud, du gouvernement Macron.

Des syndicats FO du Finistère ont présenté des modifications statutaires: elles devront être exposées et soumises, comme il se doit, au vote du congrès confédéral. Elles méritent d’être étudiées par chaque syndicat et soutenues. Elles visent des points essentiels et d’actualité. Le Bureau confédéral n'en soutient aucune... Il serait bon que l'on marque ce congrès d’un débat et d'un changement de pratiques.

Dans ce contexte social et syndical, incertain et dangereux, les anarcho-syndicalistes de l’UAS tiennent à marquer leur volonté de rétablir un fonctionnement conforme aux statuts confédéraux et à la Charte d’Amiens.

La détermination et la colère grondent dans notre organisation contre les massacres de nos acquis/conquis, la lutte ne fait que commencer, tous les espoirs sont permis mais nous serons vigilants au respect du mandat.

Vive la Confédération générale du travail Force Ouvrière, vive le syndicalisme libre et indépendant, vive la Charte d’Amiens!

Marc HÉBERT.