"Nous sommes en outre ce qu'ils ne sont pas: des révoltés de toutes les heures, des hommes vraiment sans dieu, sans maître, sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme, moral ou matériel, individuel ou collectif, c'est-à-dire des lois et des dictatures (y compris celle du prolétariat) et les amants passionnés de la culture de soi-même".

(Fernand PELLOUTIER - Lettre aux Anarchistes – 1899) => lire la «Lettre aux anarchistes»

NOS

STATUTS

NOTRE REVUE:

«L'Anarcho-syndicaliste»

ARCHIVES

«L'Anarcho-syndicaliste»

AUTRES

PUBLICATIONS

AUTRES

DOCUMENTS

CGT-FO - «Les Cahiers Fernand Pelloutier» - FEN-FO

POUR NOUS CONTACTER: uas.pelloutier@laposte.net

Brochure numérique gratuite:



«Comment fut élaborée la Charte d'Amiens»

- reproduction intégrale de la discussion du quinzième Congrès national corporatif –

- neuvième Congrès de la C.G.T. - Amiens, du 8 au 16 octobre 1906 -


    «L'Anarcho-syndicaliste»: L’édition n°200octobre 2017

Dans cette édition:

p.1: - Ne pas confondre réformistes et intégrationnistesMarc HÉBERT.

p.2: Il est encore temps, mais plus que temps – Yvon BOURHIS.

p.3-4: Autres temps, mêmes mœurs, ou: ‘’Quand l’adversaire est élu au rang de partenaire’’ - Massimo di CIRCONSPEZIO.

p.5-8: Réflexions et notes de lecture à propos de la révolution russe… (2ème partie) – Georges RIVALIN.


NE PAS CONFONDRE RÉFORMISTES ET INTÉGRATIONNISTES

Depuis plus de dix années, nous n’avons de cesse de dénoncer la dérive bureaucratique d’une partie des instances nationales de la C.G.T.-F.O. (confédérales, fédérales…) et de relayer l’appel d’Alexandre HÉBERT du 18 janvier 2008, qui, dans son «Projet de manifeste» dénonçait «l’abus de mots qui consiste à, volontairement, confondre sur le plan syndical: réformistes et intégrationnistes».

La méthode dite de concertation (*) utilisée par le gouvernement PHILIPPE, sous la houlette du Président MACRON, et vantée à longueur d’interview par Jean Claude MAILLY, n’est rien d’autre que l’application de la méthode des jésuites, ainsi résumée: «Je fais entrer chacun par sa propre porte et je le fais sortir par la mienne».

Dans ses multiples déclarations aux médias, affirmant que les ordonnances ne sont pas la casse du Code du travail ni un coup d’État social, le Secrétaire général de F.O. prétend qu’il est «réformiste militant» et que le «petit noyau» de ses opposants sont des «grognons râleurs anarchistes»Un «petit noyau»les 60 UD et les Fédérations F.O. qui ont décidé d’appeler aux grèves et manifestations interprofessionnelles, les 12 et 21 septembre, contre les ordonnances?

Mais, tant par les nombreuses interventions (80… bousculant ainsi l’ordre du jour et imposant une séance de nuit) que par le vote très majoritaire de sa résolution générale (20 abstentions), le Comité Confédéral National de la CGT-FO, réuni les 28 et 29 septembre, vient de mettre un coup d’arrêt à cette prétendue ligne «réformiste», ainsi désavouée. En effet, la résolution du CCN revendique l’abrogation de la loi «Travail» d’août 2016, déclare que les ordonnances «s’inscrivent dans la même logique néo-libérale que F.O. dénonce», que «celles-ci constituent une véritable régression sociale et que certaines mettent en péril le syndicalisme confédéré» et, en conclusion, le CCN appelle à une mobilisation interprofessionnelle, y compris en lien avec les autres confédérations syndicales, avant la ratification de ces ordonnances.

La ligne du CCN de FO est réformiste et s’oppose à la ligne du Secrétaire général de la confédération, rangeant celui-ci dans le camp des «intégrationnistes» et «réformateurs» au service de la logique d’État, subsidiaire de la logique de l’Union européenne et ultralibérale. Ce constat n’est pas une attaque ad hominem mais une analyse de sa logique politique, contraire au mandat donné par le Congrès de Tours et les CCN qui ont suivi.

Aujourd’hui, nous ne devons ni tergiverser, ni faire preuve de pusillanimité dans nos expressions et nos actions.

Nous devons continuer à construire le rapport de force pour obtenir la satisfaction de nos revendications, le retrait de la loi travail El Khomri, le retrait des ordonnances Macron et de toutes les lois anti-sociales, avec tous ceux - travailleurs, chômeurs, étudiants, retraités - qui partagent cette analyse, qui subissent déjà et vont subir de plus en plus, les conséquences de ces mesures.

Marc HÉBERT.

-----



(*) Du latin chrétien concertare: «agir ensemble, agir dans un but commun» - Centre de ressources du CNRS. «S’accorder, se consulter pour agir de concert: la politique de concertation cherche à atténuer les antagonismes entre les classes sociales» (sic) – Larousse encyclopédique. La concertation est un acte, une pratique de gouvernement.