"Nous sommes en outre ce qu'ils ne sont pas: des révoltés de toutes les heures, des hommes vraiment sans dieu, sans maître, sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme, moral ou matériel, individuel ou collectif, c'est-à-dire des lois et des dictatures (y compris celle du prolétariat) et les amants passionnés de la culture de soi-même".

(Fernand PELLOUTIER - Lettre aux Anarchistes – 1899) => lire la «Lettre aux anarchistes»

NOS

STATUTS

NOTRE REVUE:

«L'Anarcho-syndicaliste»

ARCHIVES

«L'Anarcho-syndicaliste»

AUTRES

PUBLICATIONS

AUTRES

DOCUMENTS

C.G.T.-F.O. - «Les Cahiers Fernand Pelloutier» - C.E.O.

le 10 juillet 2018, l’édition n°11 a été mise en ligne.

POUR NOUS CONTACTER: uas.pelloutier@laposte.net

Brochure numérique gratuite:



«Comment fut élaborée la Charte d'Amiens»

- reproduction intégrale de la discussion du quinzième Congrès national corporatif –

- neuvième Congrès de la C.G.T. - Amiens, du 8 au 16 octobre 1906 -


    «L'Anarcho-syndicaliste»: L’édition n°205juillet-août-septembre 2018

Dans cette édition:

p.1: Il faut réussir la journée du 9 octobre - Marc HÉBERT.

p.2: In nomine "Rerum novarum" - Yvon BOURHIS.

p.3: Les nuits blanches et idées noires - du père Cuteur.

p.4: Dans la série ''Marre du réformisme'' - l'père Emption.

p.4: A propos de respect des opinions -

Casimir SOCHACKI.

p.5-9: Stratégies de conquête du marché de la santéFuraxissimus.

p.10: Petite leçon de transformation de l'homme en nombres – Alice.

p.11-13: Indépendance nationale et libération sociale (4ème partie): ''Et merde pour le Roy d'Angleterre!!!'' - Georges RIVALIN.

p.14: Retour sur "l'infaillibilité du pape" - l'père Verty.

p.14: Sous les sabots et l'biniou - du père An Ptoar.

IL FAUT RÉUSSIR LA JOURNÉE DU 9 OCTOBRE



Six mois après le Congrès confédéral F.O. d’avril 2018, Pascal PAVAGEAU respecte le mandat. La confédération F.O. a lancé un appel à une journée de grève et de manifestations interprofessionnelles contre les initiatives antisociales du gouvernement Macron-Philippe et de ses prédécesseurs, pour le 9 octobre.



Depuis plus d’un an, la macroneuse attaque systématiquement et méthodiquement nos droits collectifs:



«volonté de détruire les cadres collectifs protecteurs d’emploi tels que le Statut général des fonctionnaires, les Conventions collectives et le Code du travail, volonté d’anéantissement de la Sécurité Sociale et de toute cotisation assurant les droits collectifs et individuels pour les travailleurs, fragilisation de la négociation collective à tous les niveaux, transformation du modèle de l’assurance chômage avec pour apogée l’individualisation de notre système de retraite» (appel confédéral).



Le CCN de FO qui va se dérouler les 26 et 27 septembre doit réaffirmer son attachement à la lutte de classe et refuser toute collaboration par un appel franc et massif pour le 9 octobre et à la généralisation de la grève et du blocage du pays en appelant tous les syndicats à se mobiliser rapidement.



La journée de grève et de manifestations du 9 octobre doit réunir toutes les victimes des contre-réformes: étudiants, chômeurs, retraités, salariés actifs, fonctionnaires…

Cette journée ne doit pas être une journée de grève saute-mouton mais une étape nécessaire à la cristallisation de toutes les colères:



- refus de «courber l’échine»,

- refus d’accepter l’inéluctable destruction des principes de solidarité et de défense collective des salariés issus du Comité National de la Résistance (C.N.R.).



Si le 9 octobre mobilise très fortement en grèves et manifestations, la possibilité de bloquer les contre-réformes et de rétablir nos droits apparaîtra possible et permettra aux syndicats d’appeler à la généralisation du mouvement sur plusieurs jours.



L’appel à la journée du 9 octobre peut être critiqué mais si nous ne sommes pas nombreux en grève et dans la rue, Macron se sentira les mains libres pour continuer son œuvre de destruction.



Aujourd’hui, la colère gronde et l’envie d’en découdre se fait de plus en plus sentir: les appels à la grève se multiplient dans les entreprises.



Ne nous résignons pas, soyons l’étincelle qui déclenchera la dynamite sociale.



Marc HÉBERT.